Dernières nouvelles

La pneumonie peut parfois s’exprimer de façon fulgurante. C’est ce qu’a vécu Bénédicte, 52 ans. Emportée en ambulance, elle est restée hospitalisée durant trois jours avant une longue convalescence d’un mois et demi à la maison. Certaines personnes sont plus sensibles aux pneumonies que d’autres. C’est le cas de Bénédicte, 52 ans, originaire de Bruxelles. 

« De fortes douleurs cognaient dans ma poitrine, comme des coups de poignards dans le coeur. Ça a commencé comme ça … avec des douleurs comme si j’allais avoir une crise cardiaque. C’était très angoissant, se rappelle Marie, 51 ans, de Liège. J’avais en plus une forte toux et des difficultés à respirer. » Un matin d’août 2017, son médecin généraliste l’envoie aux urgences. Il suspecte une embolie pulmonaire, mais le scanner révèle un autre mal : une pneumonie.